Mardiphedre 12 avril, les élèves de 1ère Berlin et Mexico ont passé la soirée au théâtre auditorium de Poitiers où ils ont assisté à la mise en scène de Phèdre par Brigitte Jaques-Wajeman. Phèdre est une tragédie écrite par Jean Racine en 1677. L’action s’organise autour d’une histoire amoureuse impossible entre Phèdre, la femme de Thésée, roi d’Athènes, et Hippolyte, fils de celui-ci et de sa première épouse. Mais, alors que la protagoniste succombe au charme de son beau-fils, ce dernier éprouve un amour réciproque pour Aricie, fille de la famille ennemie de Thésée.

Suite à une fausse nouvelle annonçant la mort de son mari, Phèdre déclare ses sentiments à Hippolyte, le laissant stupéfait et épouvanté. Le retour inattendu du roi précipite le destin tragique de l’héroïne et de celui pour lequel elle éprouve une passion aussi interdite que violente.

Les jeux de lumières, les effets sonores et un décor minimaliste – deux murs rouges du palais de Thésée, un bloc unique sur un sol recouvert de sable noir – sont constamment au service de l’expression d’une souffrance allant jusqu’à la démence. Aucun personnage, même parmi les secondaires, ne sera épargné par le pouvoir destructeur des passions. Le texte de Racine demande un réel effort d’attention, mais, même s’il est possible de décrocher par moments, la modernité de cette mise en scène toute en bruit et en fureur nous rappelle constamment l’essentiel de la pensée classique : abandonné par la raison, l’être humain est condamné aux pires tourments.