cgenialMercredi 6 juin, valises bouclées, et remplis d’espoir notre long voyage a commencé. Trains, métros, bus et bateaux ont été notre lot pendant plus d’une journée pour arriver à notre destination. Présenté ainsi, tout semble très organisé mais sur le terrain tout a été différent.

Jusqu’à Marseille, le trajet s’est déroulé comme prévu, aucune grève SNCF, pas de retard : le rêve. Mais pour arriver jusqu’au ferry, nous n’imaginions pas ce qui nous attendait : Impossible de trouver l’embarcadère, tous nos GPS indiquaient des trajets différents et aucun bateau en vue, de plus l’une de nos valises pesait 50 kg (celle d’un certain Monsieur C….., à croire qu’il avait apporté toute sa garde robe) donc autant dire qu’elle nous ralentissait. Il était 18h (heure où nous aurions dû nous faire enregistrer pour monter sur le ferry), nous déambulions toujours dans Marseille depuis 25 minutes.
Un bus est arrivé, nous y avons vu une possibilité d’arriver à l’embarcadère mais faux espoir, celui-ci nous a emmené à l’opposé et 15 minutes de marche nous ont été nécessaire pour revenir sur nos pas et trouver le ferry. À 5 minutes prêt, il était trop tard, et une nuit à Marseille aurait été de rigueur et nous aurions été sûrement très agélastes !
Sur le ferry, les conditions étaient optimales : une bonace de mer si bien que la nuit fut très reposante après toutes ces épreuves.

Le jeudi : lever 6 heure puis 2 heures de route pour arriver à Corte où se trouvait la faculté. Une petite visite de la ville (et des bars, sans consommation d’alcool bien sûr) s’imposait !
Le lendemain : notre journée de concours a commencé, nous avons découvert de très beaux projets, de collèges et de lycées, et des jurys ont évalué notre recherche.
Dans la soirée, suite à la cérémonie des récompenses où nous avons remporté le 4ème prix dans la catégorie «Enjeu environnemental», un gala était organisé pour tous les participants et (tous les callipyges alliciants).

Mais les réjouissances ne s’arrêtaient pas là : le samedi matin, direction une petite croisière autour de l’île de Porticcio afin de découvrir la Corse et de profiter du soleil avant de rentrer sur le continent. Le retour s’est révélé plus calme et tout le monde est rentré en un seul morceau, sauf la valise d’un certain monsieur C… !

cgenial 2

cgenial 3

 

cgenial 1