Article paru dans la revue n°4 du CARdie de l’Académie de Poitiers.

PrendreMontage théâtre la parole en public, c’est inscrire sa voix dans un espace plus large que celui du confinement personnel, c’est se sentir responsable d’une parole portée haut et ce n’est pas chose aisée.

Beaucoup d’élèves aujourd’hui, manquent d’outils, de méthodes et d’expérience pour y arriver, sans parler de l’estime de soi qui est souvent fragile voire inexistante. Or, à l’heure du grand oral, la nouvelle épreuve du baccalauréat général et technologique, il est plus que jamais demandé aux étudiants de s’exprimer clairement, d’arriver à déployer une certaine aisance tout en étant capable de mobiliser leurs connaissances et d’argumenter leurs propos de manière personnelle et sensible.

Dès lors, l’option théâtre me semble le moyen idéal d’acquérir ces compétences puisqu’elle alterne, au sein de son programme, les entraînements réflexifs (analyse des spectacles vus, verbalisation des émotions, expression d’un avis personnel argumenté), et les exercices pratiques visant à stimuler l’imagination, raffermir la concentration et affiner la conscience posturale et vocale (improvisations et coaching de l’acteur). Outre cet aspect purement technique de préparation aux épreuves orales, cette formation nourrit chaque élève d’une dimension augmentée des autres : la classe, le public, les auteurs, les personnages.

 

Au vu des résultats visibles après quelques mois de travail et au vu de l’ouverture que je peux constater sur les élèves les plus réservés au départ, je pense que la formation théâtrale en milieu scolaire est indispensable pour tous, elle rend heureux dans ce va-et-vient entre conscience de soi et ouvertureaux autres. A l’heure où l’individualisme est plus que jamais de mise, ce rapport à l’universalité est indispensable pour retrouver la vraie joie, celle d’être au monde, d’y trouver sa place et d’y faire sens.

Montage théâtre