inraAujourd'hui, 31 mai 2018, les élèves de seconde ayant choisi l'enseignement d'exploration "Biotechnologies" sont allés visiter l'unité de l'INRA de Lusignan.
L'unité visitée durant la matinée est celle URP3F génétique, une unité de recherche pluridisciplinaire sur les plantes fourragères et prairies qui effectue des recherches afin d'améliorer leur qualité en relation avec le développement durable ainsi que sur certains autres aspects comme la biodiversité.

Lors de notre arrivée, après 45 minutes de trajet, nous nous sommes divisés en deux groupes afin de visiter les deux laboratoires du bâtiment : celui sur la biologie moléculaire et celui sur la chimie.

Durant la visite du laboratoire de biologie moléculaire, nous avons vu tout ce qui concerne l'extraction de l'ADN et la duplication de fragments d'ADN grâce à la technique PCR mais aussi ce qui intéresse les scientifiques sur ces fragments : leur comparaison par électrophorèse permet de cibler les échantillons contenant les allèles recherchés après manipulation.
La visite du laboratoire de chimie a permis d'apprendre comment ils travaillent. Par exemple, avant, on mettait des hublots au flanc des animaux afin d'étudier en direct la digestibilité de certaines plantes. De nos jours, on utilise des enzymes ainsi que divers produits chimiques !
Dans l'une comme dans l'autre des visites, nous avons pu voir les appareils utilisés (traitements chimiques, séchage et réduction en poudre d'échantillons par exemple).
Suite à cela, vers 10h45, nous sommes allés visiter les champs et les serres à but expérimental mais pas seulement !
Il nous a été expliqué certaines des expériences faites ici ou non telle celle qui consiste à tester tel facteur climatique sur des bandes de gazon de terrain de foot, ou une autre qui apporte du CO2 sur les plants.
Nous avons aussi pu apprendre les problèmes qu'entraîne une serre : il y a moins de lumière, plus de chaleur et l'eau doit être contrôlée par les chercheurs... On compare ainsi des carrés de culture que l'on soumet à différents stress hydriques.
Afin de régler cela, il existe aussi des serres mobiles : la serre peut glisser sur des rails afin de protéger un bout ou l'autre des plants !
Nous avons vu les machines agricoles ainsi que des hectares servant à faire de la culture et grâce aux ventes, les recherches peuvent être ainsi, un tant soit peu financées.
De plus, ces hectares de cultures permettent d'homogénéiser la composition de la terre et donc de faire au bout de 15 ans, ils sont prêts pour des expériences non faussées par le terrain.

Cela nous a permis de voir qu'il existe dans notre département, une unité de recherche agronomique, visant notamment à soumettre certaines plantes aux conditions défavorables du réchauffement climatique pour orienter de nouveaux types de productions en utilisant la génétique.
Merci aux personnes de l'INRA de s'être rendus disponibles pour nous durant cette matinée.