Ce DSCN0176bmatin, nous avons visité le Mémorial du Mur de Berlin. Nous avons eu très froid sous les gros flocons de Berlin toute la matinée ! Nous avons parcouru le Mémorial extérieur et découvert ses différentes parties : divers vestiges du mur, des plaques explicatives, la chapelle de la réconciliation, un mirador, les fondations d’un immeuble rasé, les photos des 140 personnes décédées en essayant de franchir le mur et un cimetière très différent de ceux que l’on voit en France (plein d’arbres et de verdure). Ensuite nous avons rejoint le Centre de Documentation du Mur, très riche en vidéos et multiples témoignages.

Après le repas et un ultime temps libre pour nos derniers achats, pour la dernière visite de notre séjour, nous sommes allés au musée de Pergame, près du Berliner Dom. Ce musée comprend plusieurs collections d’objets d’art et d’architecture antiques babyloniens, islamiques… La pièce maîtresse est l’arche d’Ishtar (ou arche de Pergame) qui nous a impressionnée tant elle était imposante ! Les autres artefacts étaient également tous très captivants. Malheureusement, nous avons du partir rapidement pour ne pas rater notre vol et nous n’avons pas eu le temps de nous pencher sur chaque œuvre du musée.

Nous avons alors repris notre bus, pour nous diriger vers l’aéroport sous le ciel gris et froid de Berlin afin de retrouver notre cher Poitou-Charentes. Mais nous n’étions pas à l’abri d’une dernière surprise sous la forme d’une grève en France qui a retardé notre vol.

Bonus : les élèves arrivant en retard lors des rendez-vous avaient pour punition de produire un poème sur un thème ou à partir d’un titre donné par les professeurs.

Une nuit à Berlin par Jade

À l'heure des fermetures, du soleil couchant,

Non loin se trouve un simple bâtiment,

De ses appels de faim et cris retentissant,

Les élèves attendent impatients.


Les ventres enfin remplis,

Et les élèves maintenant endormis,

La nuit prend, à son tour, vie.

Tandis que les flocons de neige tombent,

Des murmures résonnent dans l'ombre.

En vain, la nuit n'a pas été longue,

Des silhouettes sortent déjà de la pénombre.

Alors, oubliant les méchancetés,

Grandi en eux une sorte d'amitié,

Qui durera jusqu'au petit-déjeuner.

C'est bien cela, une nuit à Berlin. 

 

Je crache sur le mur par Doriane

Toi, cette barrière qui était toujours là

Te voilà partie comme toutes ces victimes

Cette époque dévastatrice t’a fait perdre la joie

Ainsi je crache pour faire expier ce régime.

 

Je crache sur le mur par Océane

Toi qui me sépare des miens

Durant toutes ces années, enfin te voilà

Détruite à jamais pour laisser place

À ma liberté et je crache sur cette masse.