Péolienneour le quatrième jour de notre voyage, nous sommes partis de bonne heure (et fatigués) pour une ferme éolienne au nord d’Amsterdam. Nous avons été accueillis par une Néerlandaise très souriante qui nous a présenté l’exploitation familiale (4ème génération). Après son assèchement dans les années 1930, cette terre restait très salée et ils ne pouvaient y cultiver que des légumes capables de résister à la salinité du sol, comme les betteraves.

Elle a dit cette phrase intéressante : « Être agriculteur est vraiment excitant parce qu'on est son propre patron, on ne sait jamais si les récoltes seront bonnes, combien on va les vendre... » et la première pensée qui m'est venue à l'esprit était que je ne trouvais pas cela excitant, mais plutôt stressant. J'ai aussi été personnellement surprise car les agriculteurs français ne sont pas connus pour être aussi heureux de leur travail, beaucoup d'agriculteurs mènent une vie difficile et nous avons appris en SES que l'année dernière en France, 150 agriculteurs s'étaient suicidés. 
Mais cela montre que les façons de voir et les cultures sont différentes ; les Néerlandais semblent être un peuple très positif.
Leur ferme est équipée de panneaux photovoltaïques qui suffisent à produire l’électricité nécessaire, ainsi que d’une éolienne. Elle nous a dit qu'une éolienne de 50 m de haut coûte 1 million d'euros. Ils ont pu obtenir un prêt de la banque et une subvention de l’état pour l’installer. Leur turbine produit 1,8 million de kw.h par an qu’ils revendent à la compagnie électrique, ce qui couvre les besoins de 550 foyers.

Nous avons tous aimé aller les voir pour en apprendre davantage sur l'éolienne. Nous aimions particulièrement le chien qui nous accompagnait. - Amélie et Georgia

En début d’après-midi, nous avons disposé d’un temps libre pour découvrir Amsterdam et profiter du centre-ville pour acheter des souvenirs. Ensuite, nous avons pris le ferry pour rejoindre les quartiers nord. Nous avons découvert un magnifique quartier, très étonnant, le quartier NDSM. Il y a là beaucoup de recyclage : tout est fait de matériaux réutilisés après la fermeture de la zone industrielle. Les bateaux, les containers et les grues sont transformés en maisons, cafés et habitations ; nous avons vu une grue transformée en hôtel de luxe. Les habitants de ce quartier semblent avoir une âme écologique et artistique ! Nous avons trouvé ce quartier très original et la visite enrichissante. Il y avait un contraste entre le centre d’Amsterdam et ce quartier alternatif. Nous pensons que ce genre de quartier est très bon pour l’environnement et devrait se faire partout dans le monde ! - Mathilde et Cléo

Quelques représentations artistiques des élèves : 

dessin

fleur

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Un petit poème écrit en guise de gage suite à un retard par Hortense et Louise :

J’étais en van

Je suis tombée en panneaux

Je me suis arrêtée à Amsterdam

J’y ai vu des arbres

Mais aussi des tulipes

Que je trouve magnifiques

C’est un pays bien

Où il y a des moulins

J’ai repris ma route

En direction de Tours

Mais j’ai vite fait

Demi-tour.