Le1ere neige 5 jeudi 18 octobre, c'est avec une certaine excitation que l'option théâtre est partie à la conquête de la Canopée à Ruffec pour y assister au spectacle Première neige par la Cie Elvis Alatac, un véritable chef d’œuvre !Inspiré de la nouvelle de Maupassant du même nom, ce spectacle proposait une réécriture sous forme de théâtre d'objets manipulés par deux comédiens.

Une fois installé en frontal dans la salle, le public a pu voir un étrange dispositif scénique : un cabanon de bois traversé par de nombreux fils auxquels était suspendue une série d'objets plus insolites les uns que les autres. Ce cabanon, monté comme un minuscule théâtre, sera peu à peu investi par Pier Porcheron et Marion Lubat qui inviteront le public attentif à pénétrer dans l'intimité de leur cuisine pour lui raconter cette belle histoire. Dès lors, les deux comparses vont donner vie à ces objets grâce aux bruitages et aux manipulations qu'ils en feront, toujours décalés, tendres et drôles à la fois.

Première neige, c'est l'histoire d'une femme qui ne peut pas avoir d'enfants et qui cherche à affronter avec courage les épreuves que la vie lui impose. On ne va pas se mentir, le postulat de départ ne prête pas à rire, cependant, l'interprétation de certains personnages a déclenché l'hilarité de la salle comme ce prêtre digne de Daudet, mariant les deux protagonistes ou les parents de la jeune épouse dont la mort tragique est relatée avec infiniment de drôlerie. Comment ne pas se rappeler de leur voisine de palier, interprétée par un Pier Porcheron à l'accent anglais exagérément inimitable – que nous avions déjà pu apprécier pour son interprétation de Gertrude dans « Il y a quelque chose de pourri.... » auquel nous avions assisté avec bonheur l'an dernier ?

En deuxième partie de spectacle, les comédiens avec une inventivité stupéfiante, ont pris d'assaut l'avant de la scène, jouant avec un caméscope et tournant des images qui furent projetées sur un écran tendu dans le cabanon.

Pour conclure, Première neige est donc un spectacle résolument moderne, tournant autour du théâtre d'objets auquel Pier Porcheron est fidèle. Sa compagne de scène, Marion Lubat fut pour nous, une agréable découverte. La pièce, quant à elle, a déroulé son intrigue sur un ton plutôt grave saupoudré de scènes drôles, cocasses voire graveleuses et s'est achevée sur une note d'espoir. Tendresse, rires et inventivité furent donc au rendez-vous de cette belle soirée théâtrale.

Mise en scène et idée originale Pier Porcheron et Maïa Commère
Jeu Marion Lubat et Pier Porcheron