LArticle théâtre 1e vendredi 28 septembre, par le biais de l'option théâtre et de son programme de rencontres avec des professionnels du milieu artistique, nous avons accueilli au lycée, Jean-Luc Texier, directeur et programmateur de La Margelle. Ces rencontres ont pour but de nous ouvrir à d'autres métiers artistiques et souvent à des métiers tapis dans l'ombre derrière les rideaux d'une salle, qui sont parfois moins connus.

La Margelle est une salle pluridisciplinaire : on y présente des spectacles de danse, de théâtre et de musique. Elle propose à Civray une diversité de spectacles qui peut donc plaire à tout type de public.

Mais quel est donc le rôle de Jean-Luc Texier ?

En tant que directeur de salle, son travail consiste à être l’intermédiaire entre le public et les acteurs, il créé un lien entre les personnes, c’est un « passeur » comme il le dit lui-même. Il aime à dire non sans humour : « mon métier est fabuleux, je suis payé pour voir des spectacles !». Mais sa tâche ne se limite pas à être spectateur. Au cours de la saison, il propose un programme de 20 spectacles. L'une de ses priorités est l'aspect humain qu’il met au-dessus de tout : « les artistes sont d’abord des êtres humains qui peuvent rencontrer les mêmes problèmes de la vie quotidienne que nous. » et de rajouter : « Ici, tout le monde est traité de la même façon, les gens apportent toujours quelque chose de nouveau, public, techniciens et artistes. »

Si à la suite de cette rencontre, une vocation s'est créée, Jean-Luc nous a donné des conseils que nous pouvons partager. Pour exercer ce métier il ne faut pas avoir peur de proposer des choses différentes et qui sortent de l'ordinaire. Il faut être ouvert à tout, puisqu'une multitude de choses s'offre à vous. La curiosité et l’enthousiasme sont bien-sûr, primordiaux, il faut être passionné pour pouvoir défendre ses spectacles. Bien évidemment il y a des points un peu plus négatifs, cependant cela reste personnel, comme les horaires : « On peut difficilement se coucher tôt car, après une représentation, souvent les artistes et les techniciens se rassemblent pour casser la croûte. C’est un moment convivial ou toute l’équipe se retrouve autour d’un bon repas. On peut évidemment tomber sur des artistes qui ont des problèmes d'égo ou faire face à un public qui n'aime pas le spectacle proposé, cela peut arriver. Mais, en définitive, un des seuls points un peu plus négatifs pour Jean-Luc est de voir de « mauvais » spectacles lors de ses recherches pour créer la nouvelle saison.

Enfin, nous avons appris qu’être directeur de salle est un métier minutieux où l’on doit être rigoureux et il faut savoir garder une bonne adaptabilité aux situations : l’imprévu survient et il faut y faire face avec tact et rapidité.

Maintenant, il ne vous reste plus qu'une chose à faire : récupérer une brochure de La Margelle et aller profiter des nombreux spectacles choisis par Jean-Luc. Ils vous feront passer, nous en sommes convaincues, de merveilleux moments.

Article théâtre 1