Vmuséeendredi 30 novembre 2018, les élèves de Littérature et Société, accompagnés de leurs professeurs, Mme Haineaux et M. Comte, sont allés visiter le musée Sainte-Croix de Poitiers. Un guide leur a parlé des « représentations du pouvoir ». Voici leurs comptes-rendus.

Compte rendu sortie au musée Sainte-Croix de Poitiers par Camille et Marie-Ange

Nous avons commencé notre visite par l’étage inférieur dédié à l’Archéologie. Premièrement, le guide nous a parlé du « Trésor monétaire de Chevanceaux » datant du 3e -2e siècle av. J-C. La découverte de ce trésor fut mise au jour en 1915, à Chevanceaux, en Charente-Maritime. Celui-ci est composé de 62 statères d’or allié (or, argent, cuivre) attribués aux peuples Pictons et Santons. Par la suite, 114 monnaies supplémentaires et deux lingots d’or vinrent compléter le trésor. Sur chaque pièce de monnaie une figure importante est « imprimée » sur le côté face de la pièce : ainsi la figure du monarque était connue de ses utilisateurs.

Nous avons continué notre visite avec le portrait de Ferdinand d’Aragon. C’est une huile sur bois, ce portrait est probablement l’œuvre de l’un des peintres flamands de la cour de la reine d’Espagne. Il pourrait s’agir de la composition originale d’un portrait envoyé à Henri VIII d’Angleterre pour son mariage avec Catherine, fille des rois Catholiques, en 1501. Ce portrait a été conçu afin qu’il puisse être transporté d’où sa taille réduite.

Le Siège de PoitiersTroisièmement, la visite c’est poursuivie avec la découverte de la représentation de la ville de Poitiers assiégée en 1569 par Gaspard de Coligny, Amiral de France. C’est une huile sur toile, peinte en 1619 par François Nautré sur commande du Maire de Poitiers pour décorer l’hôtel de ville et commémorer le siège de la cité. C’est la plus ancienne représentation peinte de Poitiers. Il s’agit de commémorer, 50 ans après l’événement, un épisode majeur de l’histoire militaire de la cité et des guerres de religion en Poitou.

Ensuite nous avons découvert la statue de Louis XIII sculptée par Guillaume Berthelot en 1635. Elle est en marbre et provient du château de Richelieu. Pendant 15 ans Guillaume Berthelot se forma à Rome. En 1620, il rentra en France est obtint la charge de « sculpteur ordinaire » de la reine mère Marie de Médicis. La statue fut commandée pour orner la niche centrale du pavillon d’entrée du château de Richelieu.

Pour finir nous avons découvert le buste de Béhanzin sculpté par Charles-Théodore Perron en 1899. Ce buste est en bronze. Le roi Béhanzin était considéré comme le premier grand chef d’état africain, il incarne la résistance aux conquêtes coloniales. Charles Perron s’inspire de la mode romaine pour représenter Béhanzin avec un drapé et les décorations afin de faire ressortir la grandeur de ce chef militaire.

 

Compte rendu de visite par Marie, Morgane, Gianni et Nina

Ce vendredi 30 novembre, nous partons en bus de Civray direction Poitiers. Pourquoi ne pas visiter le musée Sainte-Croix ?

Après environ 1h de bus, nous sommes arrivés au musée et sommes directement accueillis par un charmant guide qui nous amène découvrir différentes œuvres en lien avec les représentations du pouvoir.

Première découverte, la salle dédiée à l’Antiquité avec ses pièces de monnaies grecques gravées de différents portraits. Nous avons également appris ce qu’était une représentation : c’est la « présentation » d’une personne, d’une ville, etc. qui n’est pas là sur le moment présent et qui est donc représentée par son portrait.

Ensuite, nous sommes allés vers une salle dédiée aux Beaux-Arts, toutes disciplines confondues. Nous y avons découvert trois œuvres principales.

Tout d’abord, un portrait de Ferdinand d’Aragon. C’est une huile sur toile (technique de peinture très utilisée dès cette époque) et il pourrait s’agir d’une œuvre de caractère privé envoyée au roi d’Angleterre Henri VIII afin de conclure un mariage princier. Ferdinand est représenté de trois-quarts pour donner un sentiment ambivalent entre l’inaccessible du pouvoir et le chaleureux de l’intimité.

Ensuite, nous avons vu un énorme tableau qui est une représentation de la ville de Poitiers ; des inscriptions sont en français et en latin sur le tableau. Le cadre, d’origine présente différents écussons de familles différentes ayant une fonction politique dans la ville ainsi que des L pour symboliser Louis XIII.

louis 13Enfin, nous avons terminé par une sculpture de Louis XIII avec les sept vertus nécessaires à un souverain représentées par des symboles : la foi, la charité, l’espérance, la justice, la force, la tempérance et la prudence.

Nous avons également découvert un buste plus contemporain. Il s’agit de celui du roi africain Béhanzin exposé anciennement lors d’une exposition universelle. Il incarne la résistance héroïque mais impuissante face aux conquêtes coloniales.

Pour finir, nous avons pu visiter le musée librement pour voir d’autres artistes et d’autres œuvres.

Cette visite a donc été très enrichissante pour nous ; nous avons découvert que le pouvoir pouvait être représenté sous plusieurs formes.

 

Compte rendu de la sortie au musée de Ste Croix par Flavie et Maya

Cette visite était intéressante et riche en apports de culture. Nous avons vu, à travers les différentes œuvres du musée que l’on nous a décrites, des façons de représenter le pouvoir avec des symboles différents (vêtements, bijoux, regard, posture, etc.) à différentes époques. Des symboles qui pour la plupart étaient similaires à ceux de la représentation du pouvoir des empereurs romains et grecs de l’Antiquité.

On nous a aussi expliqué différentes manières de représenter une figure par la sculpture ou la peinture. Le guide nous a raconté la légende de la fille de Dibutade rapportée par Pline l’ancien, récit mythique de la naissance de l’art et du portrait. Par exemple un portrait peut être de profil (en général pour les pièces dans l’antiquité grecque et romaine) ou, à partir de la Renaissance, en plan trois-quarts.

On a aussi appris que la représentation du pouvoir sur une œuvre d’art avait des symboles constants et des symboles religieux communs à de nombreuses œuvres représentant des rois, empereurs ou autres personnages importants. Une œuvre qui nous a particulièrement plu a été Le festin de Balthazar, peinture hollandaise du 17e siècle de Frans II FRANCKEN. Cette œuvre ne représente pas de pouvoir mais elle nous a marqués car les couleurs sont très vives, les détails très fins et minutieux. Les jeux avec les ombres et les points de lumières sont très biens réalisés et malgré son âge, elle est encore très bien conservée.

 

Découverte d'un musée poitevin par Jade, Emma et Léa

Ce vendredi 30 novembre, nous avons arpenté les rues de Poitiers - la ville aux cents clochers - pour visiter le musée Sainte Croix dans le cadre de l'enseignement d'exploration Littérature et Société. 

Nous avons admiré de nombreuses œuvres représentant le pouvoir de l'Antiquité à l'Exposition Universelle du XIXème siècle, en passant par la Renaissance. 

L'après-midi s'est scindée en deux parties : une visite guidée ainsi qu'une visite libre. 

Le guide nous a d'abord emmenés dans la partie archéologique afin de nous présenter des pièces de monnaie où on pouvait voir des profils symbolisant des figures du pouvoir comme le roi Philippe II de Macédoine, père du très célèbre Alexandre le Grand. Il en a profité pour nous définir le terme de "représentation". 

Une représentation est composée du mot "présentation" qui contient lui-même le mot "présent". Il s'agit donc d'utiliser l'art pour représenter une figure ou un lieu à un moment précis. Cette représentation peut prendre différentes formes comme des peintures, des sculptures ou des bustes.

On a appris que certaines des œuvres présentées par le guide ont été dégradées par les sans-culottes lors de la Révolution Française comme acte de rébellion.

Enfin, pendant notre petit tour personnel du musée, nous avons observé d'autres œuvres présentes. Nous avons beaucoup apprécié la peinture La petite fille en rouge d’André BROUILLET, datant de 1895 ainsi que le tableau Le festin de Baltazar peint vers la fin du XVIe et début du XVIIe s. par Frans II FRANCKEN.

Cette découverte était intéressante et enrichissante. Nous remercions encore le guide pour sa présentation.

 

Compte rendu de Margot et Cyriane 

Lors de la sortie au musée Sainte-Croix de Poitiers, nous avons pu découvrir différentes sortes de représentations du pouvoir, de l’Antiquité à la fin du XIXe siècle en passant par le Moyen-Âge et la Renaissance. Nous avons observé des statues, des tableaux ainsi que des pièces de monnaies sur lesquelles figuraient les portraits des anciens empereurs et rois. Le guide nous a expliqué  les différents points de vue d'un tableau : de face, de profil ou de trois-quarts. Il nous a aussi donné des définitions de mots que l'on utilise couramment et dont on ne sait pas réellement le sens comme "représentation" ou "portrait". Nous avons également pu observer des statues d'anciens rois dont celle de Louis XIII qui était partiellement abîmée. Notre guide nous a aussi raconté plusieurs petites anecdotes concernant l'histoire de  Poitiers. 

​Nous avons aussi pu observer de plus près un tableau : le portrait de Ferdinand II d'Aragon qui a été peint à la fin du XVème siècle. Le moindre détail de son visage est peint comme sa frange représentée par des tout petits traits qui ne sont visibles que lorsque l'on s'approche vraiment du tableau ou alors sa barbe de trois jours évoquée par des parties de son visage légèrement grisées.

Cette visite nous a permis de découvrir l'Art à travers l’histoire occidentale et quelques-unes de ses techniques et de comprendre par quels moyens l'Art a évolué au cours du temps.